Allaiter son nouveau-né : à quoi s'attendre la première semaine

La première semaine avec votre bébé est un moment excitant, mais elle peut aussi être décourageante, surtout si c'est votre 1e fois. Découvrez nos conseils pour démarrer votre allaitement maternel dans les meilleures conditions.

Breastfeeding support in the first week

La vie peut sembler assez déroutante après avoir donné naissance à un enfant : vous apprenez à le connaître tout en vous remettant de l'accouchement. Vos émotions peuvent être sens dessus dessous (particulièrement entre le deuxième et le cinquième jour, période où beaucoup de femmes ont un double coup dur : leur montée de lait 1 et le baby blues 2). Souvent, les femmes ont également cette attente (et cette pression) d'être rapidement remises sur pieds et d'agir en super mamans. Mais l'une des choses les plus importantes que vous pouvez faire cette semaine-là, est simplement d'être auprès de votre bébé et de mettre en route l'allaitement à votre rythme.

À quel moment dois-je commencer à allaiter mon nouveau-né ?

Il est important d'essayer d'allaiter votre bébé dès ses premières heures. En prenant le sein et en tétant de manière rythmée, il commencera à activer vos cellules mammaires pour initier votre production de lait 1. Ce n'est pas pour rien qu'elle est connue comme étant « l'heure magique » !

« Idéalement, votre bébé est posé sur votre poitrine dès sa naissance pour avoir accès à votre sein. Il peut choisir de téter ou de ne rien faire, mais il aura eu la possibilité d'essayer », explique Cathy Garbin, consultante en lactation internationalement reconnue.

« Accompagnez son petit corps et laissez-le essayer de trouver votre sein et de le prendre (vous pouvez regarder des vidéos en ligne de ce moment, appelé « crawl du nouveau-né »). Si votre bébé n'y arrive pas, un professionnel de santé peut vous aider à trouver le bon positionnement. L'allaitement initié par le bébé, avec la maman en position semi-inclinée, est une bonne manière de commencer. »

Pendant cette première heure un peu spéciale, ne pensez pas à peser ou habiller votre bébé, au moins jusqu'à sa première tétée. Profitez de câlins détendus et d'un contact prolongé peau à peau avec lui. Ce moment libérera dans vos deux organismes de l'ocytocine (« l'hormone de l'amour »), essentielle à la production de votre premier lait : le colostrum 3.

« Dès que les sages-femmes ont eu la certitude que notre fils était en bonne santé, elles nous ont laissé du temps en famille (seulement mon mari, notre bébé et moi) pour apprendre à nous connaître. Ce fut désordonné, empli d'émotions et absolument merveilleux. Il a tété deux fois pendant cette heure particulière ensemble », se souvient Ellie - 2 enfants - Royaume-Uni.

Et saviez-vous que pendant qu'il tète, votre bébé vous aide à vous remettre de la naissance ? Grâce à la sécrétion de l'hormone ocytocine qui entraîne la contraction de votre utérus. Au cours des premières heures après la naissance, ce procédé vous aide à expulser votre placenta naturellement et diminue les hémorragies 4.

Que se passe-t-il si la naissance ne se passe pas comme prévu ?

En cas de césarienne ou d'autres complications, un temps peau à peau avec votre bébé et l'allaitement des premières heures est toujours envisageable.

« Si vous ne vous sentez pas capable de tenir votre bébé dans vos bras, la deuxième chose la plus importante pour lui est d'avoir un contact peau à peau avec votre conjoint. Cela lui permettra de se sentir en sécurité, aimé et au chaud jusqu'à ce que vous soyez prête », explique Cathy.

Si votre bébé n'est pas en mesure de téter, commencer à exprimer votre lait assez tôt et fréquemment est une bonne idée, jusqu'à ce qu'il soit capable de prendre le sein. « Allaiter dès que possible permet à la maman et au bébé de prendre un bon départ, mais ce n'est pas essentiel », rassure Cathy. « Le plus important est d'initier votre production de lait de sorte à pouvoir poursuivre votre aventure de l'allaitement. »

Vous pouvez exprimer votre lait manuellement et utiliser le tire-lait de l'hôpital pour initier votre production de lait pour commencer 5. Le colostrum que vous recueillez peut ensuite être donné à votre bébé. Grâce à ses nombreux bienfaits pour la santé, le lait maternel est particulièrement précieux si votre enfant est prématuré ou souffrant.

Ne croyez pas qu'il est impossible d'allaiter si votre bébé naît prématurément ou s'il a des complications médicales qui l'empêchent de téter dès le départ. « J'ai travaillé avec de nombreuses mamans dont les bébés n'ont pas pris le sein du tout pendant les six premières semaines en raison d'une prématurité ou d'autres difficultés. Elles ont toutes réussi à allaiter par la suite », raconte Cathy.

Mon bébé prend-il correctement le sein ?

Une bonne mise au sein est essentielle pour bien démarrer l'allaitement 6 : la prise au sein de votre bébé joue sur la manière dont il tète le lait et, par conséquent, sur sa croissance et son développement. Une mauvaise mise au sein peut abîmer vos mamelons et les rendre douloureux. N'hésitez donc jamais à demander à un professionnel de santé de vérifier votre mise au sein, même si l'on vous a indiqué qu'elle était correcte et que vous ne remarquez aucun problème évident, notamment lorsque vous êtes encore à la maternité.

« À chaque fois que j'allaitais à l'hôpital, j'appelais une sage-femme pour vérifier la mise au sein », raconte Emma - 2 enfants - Australie. « Certaines fois ont été douloureuses, alors que je pensais bien faire, heureusement la sage-femme m'a aidée à repositionner mon bébé correctement. J'ai eu ensuite plus confiance de retour chez moi. »

Lorsque votre bébé prend le sein, dirigez votre mamelon vers la voûte de son palais. Il le prendra ainsi correctement, de même qu'une partie de l'aréole en dessous. De cette manière, il peut tirer aussi bien le mamelon qu'une partie du tissu mammaire dans sa bouche et se nourrir correctement 6.

« La prise au sein doit être confortable et donner une sensation d'aspiration plutôt qu'une douleur », explique Cathy. « Votre bébé aura sa bouche grande ouverte. Sa lèvre inférieure peut être retroussée, mais sa lèvre supérieure reposera confortablement sur votre sein. Son corps vous indiquera s'il se sent bien. Cette première étape ne donnera pas une grande quantité de lait ; vous ne verrez donc pas votre enfant déglutir souvent. Mais il tétera beaucoup et se nourrira de nombreuses fois. »

À quelle fréquence un nouveau-né doit-il se nourrir ?

La fréquence et la durée d'allaitement peuvent varier énormément au cours de la première semaine. « Les 24 premières heures varient considérablement d'un bébé à l'autre. Certains dorment longtemps (c'est fatigant de naître !) et d'autres se nourrissent fréquemment », indique Cathy. « Cette incertitude fait partie des choses les plus déroutantes pour les nouvelles mamans. Chacun vous donnera des conseils différents ; rappelez-vous que toutes les mamans et leurs bébés sont uniques. »

« Le colostrum est plus épais que le lait maternel mature et tout aussi bénéfique, bien qu'il soit produit en plus petites quantités. Le colostrum permet à votre bébé de s'entraîner à téter, à déglutir et à respirer avant que votre lait ne monte en plus grandes quantités », explique Cathy.

Au moment de votre montée de lait, entre le 2e et le 4e jour, votre nouveau-né se nourrira probablement entre huit et douze fois par 24 heures (parfois plus !), y compris la nuit 7. Ces premières tétées peuvent durer de 10 à 15 minutes, voire de 45 minutes à une heure : en effet, les muscles et la coordination dont il a besoin pour téter efficacement sont encore en train de se développer.

« C'est très intense au début, souvent plus intense que ce que vous aviez imaginé, et c'est ce qui étonne la plupart des jeunes mamans », explique Cathy. « Elles ont à peine le temps d'aller aux toilettes, de prendre une douche ou de grignoter quelque chose. Il n'est pas rare que cela les surprenne. »

C'est une situation que Camilla - 1 enfant - Australie, a vécu : « La première semaine, Frankie tétait toutes les deux heures, jour et nuit, et cela durait entre une demi-heure et une heure », raconte-t-elle. « Mon conjoint et moi étions tous les deux épuisés en permanence ! »

Ai-je besoin d'un planning pour allaiter ?

La bonne nouvelle, c'est qu'allaiter fréquemment vous permet d'initier votre production de lait 7. Plus votre bébé tète, plus vous produisez de lait. Vous ne devez donc pas vous mettre en peine d'organiser un planning pour allaiter, au risque de réduire la stimulation. Concentrez-vous simplement sur les signes de faim de votre bébé 8, par exemple :

  • Il bouge dans son sommeil ;
  • Il ouvre les yeux ;
  • Il tourne la tête lorsqu'il sent quelque chose sur sa joue ;
  • Il sort sa langue ;
  • Il gazouille ;
  • Il suce ses lèvres ;
  • Il essaie de manger sa main ;
  • Il devient grincheux ;
  • Il commence à geindre ;
  • Il pleure.

Les pleurs sont les signes qui apparaissent en dernier. Dans le doute, proposez votre sein à votre bébé. Il peut s'avérer plus difficile d'allaiter une fois qu'il a commencé à pleurer, surtout à ce stade où vous êtes tous les deux en train d'apprendre. Il est fort probable qu'il se nourrisse plus vite et moins souvent à mesure qu'il grandit ; l'allaitement devrait alors commencer à devenir plus facile.

Allaiter est-il douloureux ?

Vous avez sûrement entendu que l'allaitement ne doit pas faire mal, mais en réalité, beaucoup de mamans trouvent les premiers jours inconfortables. Ce n'est pas surprenant si l'on réfléchit au fait que vos mamelons ne sont pas habitués à cette forte et fréquente succion que votre bébé leur fait subir.

« Les premiers jours peuvent être inconfortables, car votre corps et votre bébé s'habituent à l'allaitement. Si votre enfant reste trop longtemps au sein et qu'il n'a pas une bonne prise, vous aurez le même effet que lorsque vous portez une nouvelle paire de chaussures rigides », explique Cathy. « De la même façon que vous pouvez abîmer vos pieds, vous pouvez abîmer vos mamelons. Mieux vaut prévenir que guérir, dit l'adage. Demandez conseil à une consultante en lactation ou un spécialiste en allaitement si la douleur persiste après les premiers jours. »

Mariah - 1 enfant - Canada, acquiesce : « La mise au sein de mon fils semblait correcte, mais abîmait mes mamelons après les tétées, j'avais mal partout. Nous avons découvert qu'il avait une brièveté du frein de la langue et nous avons été soutenus par un centre hospitalier pour obtenir le diagnostic et trouver une solution. »

Les premiers jours vous pouvez ressentir des crampes semblables à des douleurs de règles après vos séances d'allaitement, surtout si ce n'est pas votre premier enfant. Elles sont liées à l'ocytocine secrétée pendant l'allaitement qui aide votre utérus à se contracter pour reprendre sa taille d'origine 4.

Pendant la montée de lait, il est normal que vos seins soient pleins, fermes, et certainement plus volumineux que d'habitude. Chez certaines femmes, la poitrine gonfle beaucoup et devient très dure et très ferme. Il peut s'agir d'un engorgement 10. Allaiter votre bébé régulièrement devrait permettre de soulager la pression. Consultez l'article sur les engorgements pour plus de conseils.

À quelle fréquence devrais-je changer les couches de mon nouveau-né ?

Ce qui rentre doit sortir ! Le colostrum a un effet laxatif qui permet à votre bébé de faire ses premières selles, appelées méconium. Leur couleur noire et leur aspect collant comme du goudron peuvent surprendre 11. Mais ne vous inquiétez pas : elles ne seront pas toujours ainsi. En réalité, les selles des bébés allaités sont souvent moins odorantes.

Voici l'évolution des selles de votre bébé les premiers jours :

Premier jour

  • Nombre : au moins une
  • Couleur : noir verdâtre
  • Texture : collante, semblable à du goudron

Deuxième jour

  • Nombre : au moins deux
  • Couleur : marron foncé-vert
  • Texture : moins collante

Troisième jour

  • Nombre : au moins deux
  • Couleur : de marron-vert à jaune brunâtre
  • Texture : elles ne seront plus collantes du tout

Entre le quatrième jour et le premier mois

  • Nombre : au moins deux
  • Couleur : jaune (elles doivent être jaunes au plus tard à la fin du quatrième jour)
  • Texture : granuleuse (comme de la moutarde à l'ancienne). Lâche et liquide.

L'urine de bébé sera quant à elle jaune clair. Un nouveau-né urine normalement une fois par jour... jusqu'au troisième jour environ, puis trois fois par jour, puis cinq fois ou plus à partir du cinquième jour. Vous remarquerez que les couches deviennent plus lourdes après les premiers jours 11.

Mon bébé boit-il suffisamment de lait maternel ?

Votre ne produirez dans un premier temps que de petites quantités de lait, et vous pouvez être inquiète de savoir si cela répondra aux besoins de votre nouveau-né. Si vous allaitez à la demande, pas d'inquiétude ! Vous devriez produire ce dont il a besoin. Comptez le nombre de couches qu'il salit, comme expliqué plus haut pour vous rassurer. S'il ne suit pas ce schéma, vous pouvez consultez un professionnel de santé.

« Au cours des trois ou quatre premières semaines, la plupart des bébés ne font que manger et dormir. Si votre bébé n'est pas serein et veut manger tout le temps, pensez à consulter un professionnel de santé », explique Cathy.

Il est possible que votre bébé régurgite du lait après une tétée, ce n'est pas inquiétant. En revanche, s'il régurgite des liquides de couleur orange, rouge, verte, marron ou noire, ou s'il vomit en jets, consultez un professionnel de santé. Faites de même si votre bébé a de la température, du sang dans les selles, une fontanelle (la partie molle sur sa tête) creuse, ou s'il n'a pas repris son poids de naissance au bout de deux semaines 11.

S'il ne présente aucun signe alarmant et qu'il suit la courbe de poids des bébés allaités au lait maternel, c'est qu'il boit assez de lait. Vous prendrez bientôt tous les deux l'habitude et votre allaitement sera plus régulier.

Poursuivez l'aventure de l'allaitement maternel en consultant notre article Allaiter le premier mois : à quoi s'attendre.

Références

1 Pang WW, Hartmann PE. Initiation of human lactation: secretory differentiation and secretory activation. J Mammary Gland Biol Neoplasia. 2007;12(4):211-221.

2 Shashi R et al. Postpartum psychiatric disorders: Early diagnosis and management. Indian J Psychiatry. 2015; 57(Suppl 2):S216–S221.

3 Moberg KU, Prime DK. Oxytocin effects in mothers and infants during breastfeeding. Infant. 2013;9(6):201-206.

4 Sobhy SI, Mohame NA. The effect of early initiation of breast feeding on the amount of vaginal blood loss during the fourth stage of labor. J Egypt Public Health Assoc. 2004;79(1-2):1-12.

5 Meier PP et al. Which breast pump for which mother: an evidence-based approach to individualizing breast pump technology. J Perinatol. 2016;36(7):493.

6 Cadwell K. Latching‐On and Suckling of the Healthy Term Neonate: Breastfeeding Assessment. J Midwifery & Women’s Health. 2007;52(6):638-642.

7 Kent JC et al. Principles for maintaining or increasing breast milk production. J Obstet, Gynecol, & Neonatal Nurs. 2012;41(1):114-121.

8 Australian Breastfeeding Association [Internet]. Feeding cues; 2017 Sep [cited 2018 Feb]. 

9 Jacobs A et al. S3-guidelines for the treatment of inflammatory breast disease during the lactation period. Geburtshilfe Frauenheilkd. 2013;73(12):1202-1208.

10 Lawrence RA, Lawrence RM. Breastfeeding: A guide for the medical profession. 7th ed. Maryland Heights MO, USA: Elsevier Mosby; 2010. 1128 p.